« La Communion De Ses Souffrances »

Quelle bénédiction pour nous que ce psaume 22! Dans nos moments les plus difficiles, il nous offre le réconfort de savoir que d’autres croyants, même David, un homme « selon le cœur de Dieu » (1 Samuel 13:14), ont connu le sentiment que Dieu les a oubliés: « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?  Et t’éloignes-tu sans me secourir, sans écouter mes plaintes? »  (Psaume 22:1).

Je prie nuit et jour, dit David; mais Dieu ne semble pas l’entendre, même lorsqu’il se plaint de sa situation désespérée. Mais David ne Lui fait pas de reproches; au lieu de se désespérer, il se souvient de la grandeur de Dieu: «  Pourtant tu es le Saint, tu sièges au milieu des louanges d’Israël  » (Psaume 22:3). Il se rappelle le témoignage des écritures: «  En toi se confiaient nos pères; ils se confiaient, et tu les délivrais. Ils criaient à toi, et ils étaient sauvés; ils se confiaient en toi, et ils n’étaient point confus  » (Psaume 22:4-5). Dans de telles situations, il est bon que nous fassions la même chose.

Mais le lecteur de ce psaume s’aperçoit bientôt que les paroles de David nous emportent ailleurs, au delà de nous-mêmes et de nos circonstances personnelles, vers un lieu où la souffrance est transformée. Les paroles du psaume nous emmènent jusqu’à la croix de Christ: «  Tous ceux qui me voient se moquent de moi, ils ouvrent la bouche, secouent la tête, Recommande-toi à l’Éternel! L’Éternel le sauvera, il le délivrera, puisqu’il l’aime! »  (Psaume 22:7-8).

Le témoignage des Évangiles nous rapporte que le Seigneur, après le fléau et les crachements, après qu’on l’avait dépourvu de toute dignité humaine, a pardonné à ceux qui l’avaient torturé: « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font » (Luc 23:34). Suspendu à la croix, il a subi la moquerie et les injures des non-croyants (Matthieu 27:39-43), qui ont accompli les écritures en utilisant les mots de ce psaume (Psaume 22:7-8). On comprend alors que si ce Psaume 22, dans lequel David exprime de façon si frappante son angoisse personnelle, annonce d’avance la souffrance de Jésus, c’est parce que David l’a partagée en quelque sorte.

À mesure qu’on considère ce psaume, le comparant avec les témoignages de ceux qui ont vu de leurs propres yeux ce terrible événement, l’image du Seigneur sur la croix en ressort de plus en plus clairement:

« Ils ouvrent contre moi leurs gueules ... Je suis comme de l’eau qui s'écoule, et tous mes os se séparent. Mon cœur est comme de la cire, il se fond dans mes entrailles ... Ma force se dessèche comme de l’argile, et ma langue s’attache à mon palais ... Car des chiens m'environnent, une bande de scélérats rôdent autour de moi, ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent ... Ils se partagent mes vêtements et tirent au sort ma tunique » (Psaume 22:13-18).

D’après Matthieu 27, c’est là ce qui est arrivé au Seigneur. De la sixième jusqu’à la neuvième heure (c’est-à-dire de 9 heures du matin jusqu’à 3 heures de l’après-midi) le Maître a dû supporter tout cela; et pourtant il a continué à nous aimer jusqu’à la fin. Jean 19:25-27 rapporte ce qu’il a fait pour assurer qu’on s’occupe de sa mère: il dit à Jean: « Voici ta mère » , et à Marie: « Voici ton fils » , paroles accompagnées peut-être d’un mouvement de la tête ou des yeux. Luc 23:39-43 nous dit qu’il a promis le salut au criminel repenti à côté de lui, levant la voix pour être entendu de cet homme impuissant et mourant: «  Je te le dis en vérité aujourd’hui: tu seras avec moi dans le paradis » . Ces petits épisodes nous démontrent que son grand amour a surmonté la souffrance ; ils nous assurent que à travers les souffrances du monde l’amour de Dieu en Christ est toujours présent, et que notre Seigneur continuera patiemment à souffrir avec les hommes jusqu’à la fin, lorsque le Royaume de Dieu sera enfin révélé sur la terre.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.