16. Le Fils de Dieu

Dans cet article nous allons essayer de présenter une vue d’ensemble des différentes références à l’aspect divin de la personne du Christ que l’on trouve un peu partout dans les autres articles dans cette série, y ajoutant quelques observations supplémentaires portant sur ce sujet.

Jean a formulé clairement le but dans lequel il a composé son récit de la vie de Jésus : « Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom » (Jean 20:31). Il est d’autant plus important, alors, que nous comprenions ce que signifie cette expression « fils de Dieu » par rapport à Jésus.

Dans le texte originel il s’agit de la phrase grecque ho huios tou theou. C’est une expression tout à fait précise : « le Fils du Dieu », c’est-à-dire, le véritable fils de Dieu Lui-même, du seul vrai Dieu (Jean 17:3). Cette formulation se distingue alors d’autres expressions plus générales, comme celle du centenier dans Marc 15:39 : huios theou. « Le Fils de Dieu Lui-même » est un sens possible de cette phrase, comme dans l’annonce de l’ange Gabriel à Marie concernant la naissance de Jésus : « le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu » (Luc 1:35), mais souvent elle signifie tout simplement « fils de dieu » ou « un fils des dieux », phrase qu’on utilisait souvent dans le monde gréco-romain pour désigner un homme bon ou juste, ou peutêtre un prophète. Il est probable que c’est dans ce sens-là que le centenier l’a utilisée, car d’après Luc le centenier « glorifia Dieu, et dit, Certainement, cet homme était juste » (Luc 23:47).

L’affirmation de Jean, corroborée maintes fois par d’autres et par Jésus lui-même – et qui se reflète aussi dans la phrase employée fréquemment par Jésus en parlant de soi-même, « le Fils » (ho huios) – signifiait tout autre chose, quelque chose de plus spécifique, voire d’unique, qui est formulé de façon définitive dans la phrase « Fils unique de Dieu » (voir Jean 1:14, 18 ; 3:16, 18 ; 1 Jean 4:9). Par la grâce de Dieu ceux qui croient en lui deviennent « enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu » (1:12-13). Il n’ y a que Jésus cependant qui ait été un fils directement « engendré » par Dieu.