2. Esdras

Dans le premier article de cette petite série nous avons considéré le message du prophète Aggée, celui qui a poussé les exilés retournés de la captivité en Babylone à se donner énergiquement et avec plein enthousiasme à la tâche de reconstruire le temple de Dieu. Selon les détails fournis en Esdras 5 et 6 et dans la prophétie d’Aggée lui-même, il paraît que cette tâche a été achevée ; les derniers versets d’Esdras 6 nous donnent l’impression d’un peuple tout plein de joie du fait qu’ils peuvent maintenant reprendre l’adoration régulière de leur Dieu.

Entre les chapitres 6 et 7 d’Esdras il y a un intervalle d’une soixantaine d’années. C’est au bout de cette période que nous rencontrons Esdras lui-même. Sa généalogie à la tête du chapitre nous informe qu’il était un descendant d’Aaron, donc membre de la famille des prêtres, et peut-être le grand-prêtre même. Nous allons trouver que plusieurs fois dans ces récits bibliques il est nommé « Esdras le prêtre » (Esdras 7:11, Esdras 7:12, Esdras 7:21 ; Esdras 10:10, Esdras 10:16 ; Néhémie 8:2). Mais ce n’est pas son seul titre ; il est aussi « Esdras le scribe » (Esdras 7:5, Esdras 7:11, Esdras 7:12 ; Néhémie 8:1).

Esdras lut dans le livre depuis le matin jusqu’au milieu du jour, sur la place qui est devant la porte des eaux, en présence des hommes et des femmes et de ceux qui étaient capables de l’entendre. (Néhémie 8:3)

Esdras lut dans le livre depuis le matin jusqu’au milieu du jour, sur la place qui est devant la porte des eaux, en présence des hommes et des femmes et de ceux qui étaient capables de l’entendre. (Néhémie 8:3)

 

 

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.