24. « Tout est accompli »

Dans cet article nous allons essayer d’explorer les multiples sens de ce que Jésus a dit sur la croix, et en particulier de son avant-dernière phrase si dramatique et profonde: « Tout est fini » (Jean 19:30).

Il faut souligner que ce que nous disons ici n’est qu’une tentative d’en saisir la signification, non une explication définitive. Un commentateur a observé à propos de ces mots que seul Jésus était en mesure de savoir tout ce qu’il a voulu dire en les prononçant – remarque qui en fait s’applique à presque tout ce qu’il a dit. Cela devrait nous rendre d’autant plus humbles et moins dogmatiques en abordant et en utilisant ces paroles que certains ne l’ont été parfois. La situation et les circonstances dans lesquelles elles ont été prononcées sont « une terre sainte » (Exode 3:5) et nous faisons bien de nous en approcher prudemment et avec révérence.

Considérons d’abord l’ensemble des sept paroles de la croix. Pour la plupart, l’ordre chronologique est plus ou moins clair; il y en a deux seulement dont la position par rapport aux autres reste incertaine. L’ordre que j’adopte ici ne correspond pas à l’opinion commune mais il me semble pourtant correcte.

La première parole

« Lorsqu’ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là, ainsi que les deux malfaiteurs, l’un à droite, l’autre à gauche. Jésus dit, Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort. Le peuple se tenait là, et regardait. » (Luc 23:33-35)

On se demande si Jésus se référait ici uniquement aux soldats qui ont effectué la crucifixion ou à tous ceux qui y étaient impliqués. Quelques passages dans les Actes nous aident à résoudre cette question. Dans les premiers chapitres ce sont les Juifs en général qui, de l’avis de Pierre, sont responsables pour la mort de Jésus:

« ... cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l’avez crucifié, vous l’avez fait mourir par la main des impies ... » (Actes 2:23)

« Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier. Vous avez fait mourir le Prince de la vie ... » (Actes 3:14)

Il souligne, certes, le rôle des chefs du peuple: « Et maintenant, frères, je sais que vous avez agi par ignorance, ainsi que vos chefs » (Actes 3:17), comme le fait Paul aussi pendant son discours à Antioche de Pisidie: « Car les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont méconnu Jésus, et, en le condamnant, ils ont accompli les paroles des prophètes qui se lisent chaque sabbat » (Actes 13:27).

Il paraît donc que cette parole de Jésus, «  pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font » , et ainsi la prière pour le pardon, se réfèrent à toutes ces personnes, au peuple, à leurs chefs, et aux soldats. Le jour du Pentecôte, lorsque les Juifs « eurent le cœur vivement touché » , Pierre les implore: « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, à cause du pardon de vos péchés » (Actes 2:37-40). En principe donc, le pardon de Dieu comprend tous et tout – mais il dépend des hommes de l’accepter et de se repentir.

De toutes les paroles de la croix c’est celle-ci, « Père, pardonne-leur » , qui exprime le sens essentiel de la croix: d’une part le péché de l’homme, et d’autre part l’amour de Dieu en Christ pour un monde pécheur. «   Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (Romains 5:8), et en lui « nous avons la rédemption, le pardon des péchés » (Colossiens 1:14). Même au plus profond de son supplice amer Jésus n’était pas à tel point dominé par son angoisse qu’il eût perdu la conscience du but et de la nécessité de sa souffrance pour la réalisation de la volonté divine. Au contraire: au moment même où l’on crucifie le Seigneur, la grâce divine et le pardon triomphent, s’exprimant clairement dans cette simple phrase: « Père, pardonne-leur ».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.