3. Métaphores bibliques pour l’église

Pourquoiutiliser les métaphores?

La métaphore est une figure qui consiste à désigner un objetou une idée par un mot qui convient pour un autre objet ou une autre idée mais qui ressemble au premier par analogie. Il s’agit d’une ‘image verbale’ qui nous aide à comprendre quelque chose autant par moyen de l’imagination que par la compréhension intellectuelle. On peut citer comme exemples de métaphores littéraires les suivantes : « la nature est un temple » (Baudelaire) et « les lois sont des toiles d’araignées » (Honoré de Balzac).

On trouve dans le Nouveau Testament plusieurs métaphores utilisées pour décrire l’église ou la communauté des disciples de Jésus. En voici quelques exemples:

·      L’église est un troupeau de brebis dont Jésus est le bon Pasteur (Luc 12:32; Luc 15:1-7; Jean 10:1-18)

·      Jésus est un cep et ses disciples en sont les sarments, qui reçoivent leurs forces de lui (Jean 15:1-11)

·      L’église est l’épouse de Christ (Éphésiens 5:25-33; Apocalypse 19:6-9)

·      L’église est la maison – ou le ménage – de Dieu (1 Timothée 3:14-15; Hébreux 3:1-6; 1 Pierre 4:15-17)

·      L’église est un corps de plusieurs membres ou parties différents (Romains 12:4-5; 1 Corinthiens 12:12-31; Éphésiens 4:4,16)

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les métaphores sont utilisées de cette manière dans le Nouveau Testament. En premier lieu, comme nous l’avons vu dans le premier article de cette série, l’église est composée d’hommes et de femmes qui autrefois « n’étaient pas un peuple »mais qui sont maintenant « le peuple de Dieu » (voir 1 Pierre 2:10). Avant de devenir chrétiens nous n’avions pour la plupart aucune relation familiale l’un à l’autre. Nous venons tous de milieux et de cadres sociaux différents. Mais en nous faisant baptiser en Christ, nous sommes devenus partie du peuple de Dieu. Nous avons acquis une nouvelle identité et nous sommes entrés dans de nouvelles relations les uns avec les autres. Les métaphores du Nouveau Testament nous aident à comprendre cette nouvelle identité et ces nouvelles relations en fonction de choses quotidiennes bien connues : les familles, les ménages, les relations entre un mari et une femme – et même des troupeaux de moutons!

Évidemment, ces comparaisons ne sont pas parfaites. Les mariages humains peuvent se dissoudre; les familles humaines peuvent se diviser. Mais l’idée de l’église telle qu’elle se présente dans le Nouveau Testament est celle d’une famille idéelle, parfaite et unie. Donc, les métaphores du Nouveau Testament nous poussent à poser la question : Qu’est-ce que c’est qu’une famille exactement? Ma famille est-elle tout simplement « la chair de ma chair », ou s’agit-il de quelque chose de plus grand? Peut-être que la métaphore décrit une réalité spirituellequi est bien supérieure à la réalité quotidienne que l’on connaît aujourd’hui. Donc, le deuxième but des métaphores est de nous aider à voir au-delàdu monde d’aujourd’hui avec ses divisions, ses conflits et ses problèmes. Elles nous aident à comprendre que les rapports que nous avons aujourd’hui les uns avec les autres ne sont qu’un pâle reflet des rapports parfaits que Dieu a envisagés pour nous.

Troisièmement, les métaphores peuvent être transformatrices : elles ont le pouvoir de nous former et nous changer en tant que disciples du Seigneur Jésus-Christ. Le langage que nous utilisons reflète la façon dont nous voyons le monde. En nous donnant un nouveau langagepour parler des autres, le Nouveau Testament contribue à changer aussi les relationsqui nous lient l’un à l’autre. Si je parle des autres croyants comme mes frères et mes sœurs, ma conduite envers eux sera différente aussi; j’aurai pour eux le même soin et le même amour que je montre pour mes frères et mes sœurs naturels. Paul écrit aux Romains : « Soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Romains 12:2). Il faut que cette transformation de l’intelligence amène un changement réel et pratique dans notre façon de vivre.