4. Jésus-Christ – Fils de Dieu (suite et fin)

Dans l’article précédent nous avons noté l’absence dans la Bible du langage et de la substance de l’enseignement orthodoxe concernant la « trinité ». Nous y trouvons, par contre, que Jésus nous est toujours présenté comme Fils de Dieu, sans existence personnelle avant d’être conçu dans le sein de Marie par la puissance de Dieu, le Saint Esprit. Il a été – et il est encore – un individu indépendant, qui, bien sûr, a manifesté le caractère de son Père, mais qui a nié toujours d’être Son égal.

Il est nécessaire maintenant de considérer la question posée au début du premier article: « Dieu le Fils » ou « Fils de Dieu » – est-ce un débat purement théologique et sémantique? Ou ne s’agit-il pas plutôt d’une distinction au même niveau et de la même importance que la différence entre la vie ou la mort ? Si ce n’est que le premier, alors nous pouvons traiter ce sujet comme une conversation académique et intellectuelle – d’un intérêt stimulant mais en fin de compte sans grande importance. Mais si, au contraire, c’est une question de vie ou de mort, alors nous devons nous lancer vigoureusement à la recherche de la vérité, rejetant les idées fausses.

On fait toujours bien de commencer par le commencement, et le sujet devant nous mérite d’être abordée de cette façon. Or, dans les premiers chapitres de la Genèse nous lisons le récit des événements que ont eu lieu dans le jardin d’Éden. Le premier homme, Adam, et la première femme, Ève, mis à l’épreuve par Dieu, ont échoué. Dieu désirait leur obéissance volontaire, mais ils ont choisi la voie de la désobéissance, choix qui a entraîné des conséquences désagréables – les douleurs de l’accouchement pour la femme, pour l’homme un travail pénible pour gagner la vie quotidienne, et pour tous les deux une vie qui aboutit dans la mort. Et la Bible nous informe que ces conséquences sont l’héritage que tout le genre humain a reçu d’Adam et Ève : « C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché... » (Romains 5:12) Même chose dans une autre lettre de l’apôtre: « En effet, puisque la mort est venue à travers un homme … comme tous meurent en Adam »  (1 Corinthiens 15:21-22).

Le mot « péché » est employé rarement dans le langage de la société actuelle, mais il exprime un concept qui est fondamental pour le thème central de la religion: le rapport entre Dieu le Créateur et le genre humain. Le prophète Ésaïe en parle comme suit: « Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu; ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l’empêchent de vous écouter » (Ésaïe 59:2).

Avant de quitter cette histoire des événements dans ce jardin d'Éden, notons les paroles adressées par Dieu au serpent (nous avons déjà discuté le rôle du serpent dans un article précédent): « …je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon » (Genèse 3:15). Ce passage ne révèle pas l’identité de ces « postérités ». Il nous permet uniquement d’attendre une confrontation entre les deux qui aboutira dans une défaite totale pour l’une (la tête écrasée), et une blessure légère pour l’autre (le talon blessé).

Mais retournons au sujet du péché. Dans un article précédent nous avons constaté que l’origine du péché se trouve dans les mauvaises pensées. Rappelons ce passage capital:

« Que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise: C'est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort. » (Jacques 1:13-15)

De la mauvaise pensée vient le péché, et du péché la mort.

Le lecteur de ces mots ne peut pas manquer de reconnaître dans sa propre expérience le processus qu’ils décrivent: que ses mauvaises actions trouvent leur origine dans ses pensées. Voilà pourquoi la Bible peut dire sans ambigu que « tous ont péché » (Romains 3:23) – c’est-à-dire, tous ont permis que leurs mauvaises pensées les amènent à commettre de mauvaises actions.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.