Je suis avec vous

Nous vivons à une époque décisive de l’histoire. Comme le montre l’accomplissement des prophéties de la Bible, nous sommes dans les « derniers jours ». Nous savons que Jésus a comparé les jours du Fils de l’homme, quand il serait intronisé, aux jours de Noé et aux jours de Lot (Luc 17:26-28). Il s’agit là d’une parallèle prophétie établie par la Bible. Mais il en est un autre qui mérite un examen attentif.

Intéressons-nous à la situation qui existait aux jours des prophètes hébreux Aggée et Zacharie. Quel message, qui de toute évidence s’applique aussi au peuple de Dieu à notre époque, ces deux fidèles prophètes ont-ils transmis? Aggée et Zacharie étaient des messagers de Dieu auprès des Juifs revenus de leur exil à Babylone. Ils avaient reçu pour mandat d’assurer aux Israélites que Dieu soutenait leur entreprise de reconstruction du temple (Aggée 1:13; Zacharie 4:8-9). Les livres qu’ils ont écrits, bien qu’ils soient courts, appartiennent aux Écritures qui ont été inspirées de Dieu et qui sont utiles «  pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice »  (2 Timothée 3:16).

Des livres qui nous concernent

Il n’y a aucun doute que les messages renfermés dans les livres d’Aggée et Zacharie ont été utiles aux Juifs de leur époque et que leurs prophéties se sont accomplies. Mais pourquoi pouvons-nous être sûrs que ces deux livres nous concernent aujourd’hui ? Un élément de réponse se trouve en Hébreux 12:26-29. Dans ce passage l’apôtre cite Aggée 2:6, où il est dit que Dieu ébranlera les cieux et la terre. Cet ébranlement provoquerait finalement le renversement du monde présent (Aggée 2:22).

Le prophète Aggée encourage le peuple à reprendre le travail au temple.

En citant Aggée, l’apôtre indique ce qui arrivera aux « royaumes des nations » et montre la supériorité du royaume inébranlable que les chrétiens recevront (Hébreux 12:28). On comprend donc bien que les prophéties d’Aggée et Zacharie concernent une époque postérieure à celle de la rédaction de la lettre aux Hébreux, au 1 er siècle de notre ère. Par conséquent, les livres d’Aggée et de Zacharie doivent avoir de l’importance pour notre époque.

Le livre d’Esdras fournit quelques repères historiques. Une fois les Juifs revenus de leur captivité à Babylone en 537 avant notre ère, le gouverneur Zorobabel et le grand prêtre Josué ont dirigé la pose des fondations du temple en 536 (Esdras 3:8-13; Esdras 5:1). Bien que cet événement ait suscité beaucoup de joie, les Juifs ont rapidement pris peur. Des adversaires, appelés  « les gens du pays » en Esdras 4:4, décourageaient sans cesse les Israélites, les empêchant de bâtir. Ces opposants, surtout des Samaritains, portaient de fausses accusations contre les Juifs. Ils ont persuadé le roi de perse d’interdire la construction du temple (Esdras 4:10-21). L’enthousiasme du début s’est alors dissipé. Les Juifs se sont consacrés à leurs activités personnelles. Cependant, en 520 avant notre ère, soit 16 ans après la pose des fondations, Dieu a chargé Aggée et Zacharie d’inciter le peuple à reprendre les travaux (Aggée 1:1; Zacharie 1:1). Stimulés par les messagers de Dieu et convaincus de son soutien, les Juifs ont achevé le travail de reconstruction en 515 avant notre ère (Esdras 6:14-15).

Quelle est donc la signification de ces événements pour nous ? Nous avons à accomplir une œuvre qui a trait à l’enseignement de la bonne nouvelle (Matthieu 24:14). Cette œuvre se poursuit aujourd’hui sur une grande échelle, et sans doute y prenons-nous part. C’est maintenant le temps de le faire. Car la fin de ce système mauvais est très proche ! Cette œuvre que Dieu nous ordonne d’accomplir doit s’effectuer jusqu'à ce que Dieu intervienne dans les affaires humaines lors du jugement (Matthieu 24:21). La méchanceté disparaîtra alors et le vrai culte prospérera sur toute la terre.

Comme le montre les prophéties d’Agée et Zacharie, tant que nous participons sans réserve à cette œuvre, nous pouvons être certains du soutien et de la bénédiction de Dieu. Aucun gouvernement n’a réussi à arrêter les progrès de l’œuvre d’évangélisation. Toutefois, il reste beaucoup à faire. Comment ce que nous apprenons des livres d’Agée et Zacharie nous incite-t-il encore plus à obéir au commandement divin d’enseigner ? Notons quelques leçons que nous enseignent ces deux livres de la Bible. Pour commencer, intéressons-nous à certains détails relatifs à la construction du temple que les Juifs libérés devaient effectuer. Quelle leçon pouvons-nous en tirer?

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.