Je suis avec vous: Page 2 sur 2

Corrigeons notre point de vue

Les Juifs revenus d’exil se disaient: le temps n’est pas venu (Aggée 1:2). Mais ce n’est pas ce qu’ils disaient en 536 avant notre ère, quand ils avaient commencé à reconstruire le temple et qu’ils en avaient posé les fondations. Seulement, ils ont rapidement cédé à l’opposition des nations voisines et à l’ingérence du gouvernement. Ils ont commencé à s’intéresser davantage à leurs maisons et à leur confort. Vu le contraste entre leurs demeures lambrissées de bois précieux et le temple inachevé, Dieu leur à demandé: «  Est-ce le temps pour vous d’habiter vos demeures lambrissées, Quand cette maison est détruite? » (Aggée 1:4).

En fait, leurs priorités avaient changé. Au lieu de faire passer le dessein de Dieu, qui consistait à rebâtir le temple, avant tout le reste, ils se sont focalisés sur eux-mêmes et sur leurs maisons. Par conséquent, ils négligeaient la construction de la maison de Dieu. Selon Aggée 1:5, Dieu a encouragé les Juifs à « considérer leurs voies ». Il leur a dit de prendre le temps de méditer sur leur comportement et de réfléchir aux conséquences qu’ils subissaient parce qu’ils n’accordaient plus la priorité à la construction du temple. Les Juifs pâtissaient d’avoir négligé les vraies priorités.

Considérons ce que Dieu leur dit en Aggée 1:6: « Vous semez beaucoup, et vous recueillez peu, Vous mangez, et vous n’êtes pas rassasiés, Vous buvez, et vous n’êtes pas désaltérés, Vous êtes vêtus, et vous n’avez pas chaud » . Les Juifs vivaient dans le pays que Dieu leur avait donné; pourtant la terre ne produisait pas autant qu’ils ne l’espéraient. Dieu avait retiré sa bénédiction, comme il les en avait prévenus (Deutéronome 28:38-48). Privés de son soutien, ils avaient beau semer, la récolte était maigre, il n’y avait pas assez à manger. Privés de sa bénédiction, ils ne pouvaient pas se trouver de vêtements chauds. Quelle que fût la quantité de vin qu’ils produisaient, elle était insuffisante.

La leçon à tirer de ce récit ne se réduit pas à une question de décoration intérieure. Bien avant l’exil, le prophète Amos avait déjà réprimandé les Israélites riches pour s’être bâti des maisons d’ivoires et s’être couchés sur des lits d’ivoire (Amos 3:15; Amos 6:4). Leurs maisons sophistiquées et leurs meubles luxueux n’avaient pas duré. Ils avaient été pillés lors des conquêtes ennemies. Malgré tout, après 70 années d’exil, une grande partie du peuple de Dieu n’avait pas su en tirer la leçon.

Et nous? Il serait bien que chacun de nous se demande: Franchement, quelle importance est-ce que j’attache à ma maison et à sa décoration? Est-ce que j’envisage de poursuivre de longues études personnelles en vue de faire carrière, même si cela doit m’accaparer pendant plusieurs années au détriment d’activités essentielles? (voir Luc 12:20-21; 1 Timothée 6:17). Les paroles d’Aggée 1:6 devraient nous rappeler que nous avons besoin de la bénédiction de Dieu dans notre vie. Ces Juifs du passé l’avaient oublié, et cela leur a porté préjudice. Que nous ayons des biens matériels en abondance ou non, si nous n’avons pas la bénédiction de Dieu, cela portera préjudice à notre spiritualité (Matthieu 25:34-40; 2 Corinthiens 9:8-12).

Dieu nous aide par son esprit

La prophétie de Zacharie, compagnon d’Aggée, a révélé sous l’inspiration divine le moyen par lequel Dieu encourageait et bénissait les fideles de l’époque. C’est par ce même moyen que Dieu nous bénira aussi. On lit: «  Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par mon Esprit, dit l’Éternel des armées  » (Zacharie 4:6). Sans doute avons-nous souvent entendu ce verset, mais que signifiait-il pour les Juifs de l’époque d’Aggée et Zacharie? De quelle importance est-il pour nous? Rappelons-nous que les paroles inspirées transmises par Aggée et Zacharie ont eu un effet extraordinaire à leur époque. Elles ont vraiment revigoré les Juifs fidèles. Aggée a commencé à prophétiser au sixième mois de l’an 520 avant notre ère. Zacharie, quant à lui, a commencé au huitième mois du même mois (Zacharie 1:1). Or, c’est au neuvième mois, comme le montre Aggée 2:18, que les Juifs se sont remis à construire avec ardeur sur les fondations. Incités à agir, ils ont obéi à Dieu, convaincus qu’ils les soutiendraient. Les paroles de Zacharie 4:6 se rapportent donc au soutien de Dieu.

Quand les Juifs étaient retournés dans leur pays en 537 avant notre ère, selon le récit, ils n’avaient pas de forces militaires. Pourtant, Dieu les avait protégés et les avait guidés durant leur voyage depuis Babylone. Et pourquoi avaient-ils pu commencer les travaux peu après leur arrivée? Parce que l’esprit de Dieu était à l’œuvre. Dès qu’ils se remettraient au travail avec zèle, Dieu les soutiendrait de nouveau par son esprit saint. Dans une série de huit visions, Zacharie a reçu l’assurance que Dieu serait avec son peuple, lequel achèverait fidèlement les travaux du temple. La quatrième vision rapportée au chapitre 3 montre que les pays voisins s’opposaient activement aux efforts des Juifs pour terminer la construction (Zacharie 3:1). Ils ne se réjouissaient pas à l’idée de voir le grand prêtre Josué accomplir les services en faveur du peuple dans un nouveau temple. Mais leurs opposants avaient beau se démener ; l’esprit de Dieu jouerait un rôle primordial en supprimant les obstacles et en donnant aux Juifs l’énergie nécessaire pour aller de l’avant jusqu’à ce que la construction soit finie. Le fonctionnaire qui était parvenu à faire interdire les travaux semblait avoir dressé un obstacle insurmontable. Cependant, Dieu avait promis que cette montagne serait aplanie (Zacharie 4:7).

Et c’est ce qui s’est produit! Le roi Darius 1 er a fait de recherches et a découvert le mémorandum de Cyrus autorisant les Juifs à rebâtir le temple. Il a donc levé l’interdiction et a permis que des fonds prélevés sur le trésor royal soient donnés aux Juifs pour les aider à couvrir les dépenses engagées par la construction. Quel formidable coup de théâtre! L’esprit de Dieu y était-il pour quelque chose? On peut en être certain. Le temple a été achevé en 515 avant notre ère, la sixième année du règne de Darius 1 er (Esdras 6:1,15). En Aggée 2:5, le prophète rappelle aux Juifs le mont Sinaï, lorsque toute la montagne tremblait violemment (Exode 19:18). Au jour d’Aggée et Zacharie, Dieu allait provoquer de nouvelles secousses, que décrivent en termes figurés les versets 6 et 7. La situation dans l’empire perse deviendrait instable, mais la reconstruction du temple serait menée à son terme.

Des non-Juifs dans ce lieu de culte.

Des nos jours comme jamais auparavant, Dieu ébranle les nations par l’évangile. Les véritables adorateurs attendent avec foi le moment où Dieu ébranlera les cieux et la terre afin de renverser et d’anéantir la force des royaumes des nations (Aggée 2:22). Alors une grande foule formée de toutes les nations servira Dieu aux cotés d’Israël spirituel (Apocalypse 7:9-10).

                                    CHRISPIN BOLONGA

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.