Articles Récents

19. « Un Commandement Nouveau »

Cette étude est basée sur cinq passages dans l’Évangile de Jean et ses épîtres :

« Je vous donne un commandement nouveau, Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jean 13:34-35)

« C’est ici mon commandement, Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. Il n’

L’Horaire Divin (1)

Avant la venue de Christ, on n’avait le choix que de servir soit une des fausses religions païennes soit la loi juive. Mais ni l’une ni l’autre ne pouvait apporter le salut ou restaurer quelqu’un à Dieu. Mais au moment convenable, Dieu a envoyé son fils pour que le fils accomplisse la loi (Matthieu 5:17-18) et qu’il rende possible le salut par la foi en lui.

22. La signification de la mort de Jésus-Christ

On se souvient que, lorsque Jean-Baptiste a aperçu Jésus, il a déclaré : « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte [ou « emporte »] le péché du monde » (Jean 1:29). Il est clair que Jean reconnaît en Jésus un sacrifice futur; il pensait en premier lieu peut-être à la fête juive de Pâques, qui rappelait la délivrance du peuple juif d’Égypte, lorsque le sang d’agneaux a sauvé les Juifs de la mort des premiers-nés (voir Exode 11 et Exode 12). Peut-être que les paroles de Jean se réfèrent aussi aux agneaux sacrifiés tous les jours, le matin et le soir (voir Exode 29:38-42).

Mais il est possible également de reconnaître dans ces paroles une allusion à l’homme qui est décrit comme « une brebis » et sur qui est déposée « l’iniquité de nous tous » (Ésaïe 53:6-7). Cette remarquable prophétie de l’œuvre rédemptrice de Jésus représente l’humanité comme des moutons égarés, dont « chacun suivait sa propre voie » (Ésaïe 53:6) – tous éloignés de la voie divine. Mais Ésaïe dépeint aussi cet homme solitaire qui est « méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance » (Ésaïe 53:3), qui a «livré sa vie en sacrifice pour le péché » (Ésaïe 53:10), qui va « porter les péchés de beaucoup d’hommes » et « … s’est livré lui-même à la mort » (Ésaïe 53:12).

Exhortation: La Jalousie

Les Chrétiens devraient-ils avoir ce trait de caractère ? Nous sommes encouragés à poursuivre l’amour, or l’amour n’est pas jaloux-(1 Cor 13:4; 1 Cor 14:1). Mais nous savons aussi que l’éternel Dieu est un Dieu jaloux, et nous avons l’ordre de devenir ses imitateurs (Exode 34:14; Eph 5:1). Pourquoi cette contradiction apparente ?

Le Principe du Mal et le Satan de la Bible (5)

Nous avons parlé dans notre article 4 du diable et du serpent comme figures de la nature humaine et du péché. Or il y a un rapprochement d’idées dans Jean 3:14 qui paraît de prime abord fort obscur mais aussitôt qu’on arrive à en saisir le véritable sens, on a des éclaircissements précieux sur la nature humaine et sur l’œuvre rédemptrice de Christ. Voici le passage :

« Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. » ( Jean 3:14-15 )

19. Saint – sainteté - sanctifier

D’après l’opinion commune des experts, les mots hébreux qodesh , qui se traduit par « sainteté » ou « saint », ainsi que le verbe qadash (« sanctifier »), désignent essentiellement ce qui est absolument « autre », séparé de la sphère de la vie commune, et qui suscite chez l’homme un sentiment de terreur et d’adoration. Ce qui est « saint » est quelquefois dangereux et il est défendu d’y toucher, idée que l’on retrouve dans toutes les religions de l’antiquité, qui attribuaient à certains lieux ou objets une puissance quasi-magique et qui les soumettaient au « tabou ».

4. Néhémie (suite et fin)

Dans l’article précédent nous avons trouvé que Néhémie est rentré dans sa patrie avec la bénédiction de son maître le roi perse pour entamer et superviser la reconstruction des murailles de Jérusalem. Il a réussi dans ce projet malgré les obstacles mis en place par les ennemis des Juifs dans le voisinage. En lisant ces mots : « La muraille fut achevée le vingt-cinquième jour du mois d'Élul, en cinquante-deux jours » ( Néhémie 6:15 ) , on pourrait en conclure que nous sommes arrivés au point culminant du livre – Néhémie est venu avec un objectif spécifique, et cet objectif semble être réalisé. Mais nous ne lisons pas qu’il va rentrer tout de suite chez son maître ; il existe un autre travail à faire, un autre but à réaliser.

18. « Quand j’aurai été élevé de la terre ... »

« Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé ... » (Jean 3:14)

La citation ci-dessus se réfère à l’incident rapporté dans Nombres 21 lorsque les Israélites se plaignaient de la nourriture que Dieu leur fournissait pendant leur séjour dans le désert : « Alors l’Éternel envoya contre le peuple des serpents brûlants; ils mordirent le peuple, et il mourut beaucoup de gens en Israël » (Nombres 21:6). Moïse pria pour le peuple, et le Seigneur lui ordonna de faire « un serpent brûlant » et de le placer sur « une perche :quiconque aura été mordu, et le regardera, conservera la vie » ( Nombres 21:7-8 ). En effet, 

« quiconque avait été mordu par un serpent, et regardait le serpent d’airain [confessant ainsi son péché], conservait la vie » ( Nombres 21:9 ).

La Régénération Morale

La régénération morale est un trait de caractère de tous ceux qui seront sauvés : «... la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur » (Hébreux 12:14).

Lorsque Jean-Baptiste est venu « prêchant le baptême de repentance, pour la rémission des péchés » (Marc 1:4), il a demandé au people de « produire du fruit digne de la repentance » (Matthieu 3:8). Sans cela, le baptême est nul et vain. La connaissance de l’évangile à elle seule ne suffit pas. Il faut avoir aussi l’amour d’une manière de vie qui y répond ; c’est cela qui fera germer l’évangile comme de la bonne semence dans l’esprit pour qu’il produise du fruit en abondance. Si la connaissance de la vérité n’arrive pas à faire naître l’homme nouveau dans le coeur du pécheur, le baptême basé uniquement sur une connaissance théorique de l’évangile n’est pas une régénération véritable. Ce n’est qu’une action sans signification qui ne lui profite pas mais qui sert plutôt à le condamner.

21. Crucifixion et Résurrection de Jésus-Christ

à lire : Matthieu 21-28

Tous les quatre évangiles nous donnent un exposé détaillé des événements de la dernière semaine de la vie de Jésus, qui s'est terminée par sa crucifixion. Cependant, chaque écrivain se concentre sur des aspects et des incidents différents. Dans l’Évangile de Jean, dans les chapitres 13-17, nous assistons à la conversation entre Jésus et ses disciples qui a eu lieu la veille de la crucifixion de Jésus.

Nous allons faire des observations sur quelques-uns des incidents seulement. Cependant, nous recommandons une lecture attentive et complète de ces quatre exposés des événements remarquables de cette semaine-là (Matthieu 21-28; Marc 11-16; Luc 19-24; Jean 12-21).

Pages

Subscribe to Front page feed