Après l’exil

4. Néhémie (suite et fin)

Dans l’article précédent nous avons trouvé que Néhémie est rentré dans sa patrie avec la bénédiction de son maître le roi perse pour entamer et superviser la reconstruction des murailles de Jérusalem. Il a réussi dans ce projet malgré les obstacles mis en place par les ennemis des Juifs dans le voisinage. En lisant ces mots : « La muraille fut achevée le vingt-cinquième jour du mois d'Élul, en cinquante-deux jours » (Néhémie 6:15), on pourrait en conclure que nous sommes arrivés au point culminant du livre – Néhémie est venu avec un objectif spécifique, et cet objectif semble être réalisé. Mais nous ne lisons pas qu’il va rentrer tout de suite chez son maître ; il existe un autre travail à faire, un autre but à réaliser.

3. Néhémie

Dans notre article dernier nous étions dans la compagnie d’Esdras, pendant le voyage qu’il avait effectué avec quelques mille de ses compatriotes sous l’autorisation du roi perse Artaxerxès pour rentrer en Israël. Nous avons remarqué son zèle pour son Dieu, au point même d’insister que les Israélites gardent leur séparation de leurs voisins – même en ce qui concerne le mariage. Nous l’avons vu exercer sa fonction de « prêtre » dans la communauté du peuple de Dieu ; bientôt nous allons le retrouver en tant que « scribe » – étudiant et enseignant des écritures saintes.

Mais tout d’abord nous allons diriger notre attention sur le troisième protagoniste dans notre étude – Néhémie. Évidemment, c’est un contemporain d’Esdras – nous allons les trouver ensemble dans Néhémie 8. Mais tandis que celui-ci avait pris l’occasion fournie par le roi pour rentrer dans sa patrie, Néhémie avait dû rester sur place. Dans le premier chapitre du livre de son nom nous trouvons qu’il était « le responsable des boissons du roi ». Mais il ne faut pas en conclure qu’il s’agissait d’un simple « serveur » ou « garçon » quelconque:celui qui était responsable pour les boissons des rois anciens devait être quelqu’un digne de la pleine confiance du roi, pour lui assurer qu’il n’y avait rien de mauvais dans ses boissons (du poison, par exemple !). Nous constatons donc que Néhémie était un fonctionnaire de très haut rang dans la cour du roi.

2. Esdras

Dans le premier article de cette petite série nous avons considéré le message du prophète Aggée, celui qui a poussé les exilés retournés de la captivité en Babylone à se donner énergiquement et avec plein enthousiasme à la tâche de reconstruire le temple de Dieu. Selon les détails fournis en Esdras 5 et 6 et dans la prophétie d’Aggée lui-même, il paraît que cette tâche a été achevée ; les derniers versets d’Esdras 6 nous donnent l’impression d’un peuple tout plein de joie du fait qu’ils peuvent maintenant reprendre l’adoration régulière de leur Dieu.

Entre les chapitres 6 et 7 d’Esdras il y a un intervalle d’une soixantaine d’années. C’est au bout de cette période que nous rencontrons Esdras lui-même. Sa généalogie à la tête du chapitre nous informe qu’il était un descendant d’Aaron, donc membre de la famille des prêtres, et peut-être le grand-prêtre même. Nous allons trouver que plusieurs fois dans ces récits bibliques il est nommé « Esdras le prêtre » (Esdras 7:11, Esdras 7:12, Esdras 7:21 ; Esdras 10:10, Esdras 10:16 ; Néhémie 8:2). Mais ce n’est pas son seul titre ; il est aussi « Esdras le scribe » (Esdras 7:5, Esdras 7:11, Esdras 7:12 ; Néhémie 8:1).

Esdras lut dans le livre depuis le matin jusqu’au milieu du jour, sur la place qui est devant la porte des eaux, en présence des hommes et des femmes et de ceux qui étaient capables de l’entendre. (Néhémie 8:3)

Esdras lut dans le livre depuis le matin jusqu’au milieu du jour, sur la place qui est devant la porte des eaux, en présence des hommes et des femmes et de ceux qui étaient capables de l’entendre. (Néhémie 8:3)

 

 

 

Subscribe to RSS - Après l’exil