Explorons La Bible

24. La vérité biblique concernant « satan » et « le diable » (suite et fin)

Le « diabolos » : adversaires politiques et religieux

Le mot « diabolos » est utilisé pour représenter non seulement la puissance qui mène au péché, mais aussi ceux qui se sont abandonnés au péché, individuellement ou en groupe.

25. La vérité biblique concernant « satan » et « le diable »

Nous avons pour but dans cette leçon de considérer les mots « satan » et « diable » sous l'éclairage de la Bible. Nous allons prendre la position de quelqu’un qui étudie le sujet sans avoir des idées préconçues et sans parti pris. Pour assurer cela, nous allons tout d'abord jeter un coup d’œil sur tous les emplois des mots « satan » et « diable » dans l’Ancien Testament. De cette façon-là, nous allons obtenir la même compréhension que devaient avoir ceux qui croyaient et qui étudiaient la Parole de Dieu au temps de Jésus.

24. Les autres livres du Nouveau Testament

Comme on a mentionné dans l’article précédent, plusieurs lettres que l’on trouve dans le Nouveau Testament ont été écrites par Paul à des assemblées de croyants. Mais Paul a écrit aussi des lettres personnelles à certains de ceux qui avaient coopéré avec lui dans son travail. I s’agit des lettres à Timothée, Tite, et Philémon.

D’autres lettres qui font également partie du Nouveau Testament ont été écrites par d’autres disciples, Jacques, Pierre, Jean et Jude. L’auteur d’une autre lettre, celle aux Hébreux, n’est pas connu; l’ancienne attribution de cette lettre à Paul n’est plus soutenable.

Le but des auteurs de toutes ces lettres est toujours le même : de renforcer chez les lecteurs la conscience de la volonté de Dieu concernant le salut en Jésus-Christ et la conduite de ses disciples dans leur vie quotidienne.

23. L’apôtre Paul dissémine l’évangile à travers le monde romain

En Actes 9, on a considéré la conversion de Saul, qui était appelé plus tard Paul. Nous y avons remarqué que le Seigneur avait dit de lui : « Cet homme est un instrument que j’ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d’Israël » (Actes 9:15). Nous allons maintenant voir comment il a accompli ce grand travail.

22. La signification de la mort de Jésus-Christ

On se souvient que, lorsque Jean-Baptiste a aperçu Jésus, il a déclaré : « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte [ou « emporte »] le péché du monde » (Jean 1:29). Il est clair que Jean reconnaît en Jésus un sacrifice futur; il pensait en premier lieu peut-être à la fête juive de Pâques, qui rappelait la délivrance du peuple juif d’Égypte, lorsque le sang d’agneaux a sauvé les Juifs de la mort des premiers-nés (voir Exode 11 et Exode 12). Peut-être que les paroles de Jean se réfèrent aussi aux agneaux sacrifiés tous les jours, le matin et le soir (voir Exode 29:38-42).

Mais il est possible également de reconnaître dans ces paroles une allusion à l’homme qui est décrit comme « une brebis » et sur qui est déposée « l’iniquité de nous tous » (Ésaïe 53:6-7). Cette remarquable prophétie de l’œuvre rédemptrice de Jésus représente l’humanité comme des moutons égarés, dont « chacun suivait sa propre voie » (Ésaïe 53:6) – tous éloignés de la voie divine. Mais Ésaïe dépeint aussi cet homme solitaire qui est « méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance » (Ésaïe 53:3), qui a «livré sa vie en sacrifice pour le péché » (Ésaïe 53:10), qui va « porter les péchés de beaucoup d’hommes » et « … s’est livré lui-même à la mort » (Ésaïe 53:12).

21. Crucifixion et Résurrection de Jésus-Christ

à lire : Matthieu 21-28

Tous les quatre évangiles nous donnent un exposé détaillé des événements de la dernière semaine de la vie de Jésus, qui s'est terminée par sa crucifixion. Cependant, chaque écrivain se concentre sur des aspects et des incidents différents. Dans l’Évangile de Jean, dans les chapitres 13-17, nous assistons à la conversation entre Jésus et ses disciples qui a eu lieu la veille de la crucifixion de Jésus.

Nous allons faire des observations sur quelques-uns des incidents seulement. Cependant, nous recommandons une lecture attentive et complète de ces quatre exposés des événements remarquables de cette semaine-là (Matthieu 21-28; Marc 11-16; Luc 19-24; Jean 12-21).

20. La vie et l’œuvre du Seigneur Jésus-Christ

À lire:L’Évangile selon Marc

Les notes suivantes sont un so mmaire de la vie et de l’œuvre du Seigneur Jésus-Christ. Le ministère de Jésus a rempli environ les trois dernières années et demie de sa vie et peut être résumé comme suit:

Pour obtenir une vue d’ensemble de sa vie, il faut lire les récits « synoptiques » de l’évangile, c’est-à-dire les Évangiles de Matthieu, Marc et Luc. Dans le sommaire ci-dessus, on a utilisé Matthieu pour déterminer l’ordre des événements. L’Évangile de Jean est plutôt une étude thématique, qui se concentre sur des événements choisis, et non sur tous les détails de la vie de Jésus.

19. L’œuvre de Jean-Baptiste

À lire : Matthieu 3

La mission que Jean-Baptiste devait accomplir était celle de préparer le chemin pour le Seigneur Jésus-Christ (Luc 1:16-17). Son travail avait été prédit par deux prophètes de l’Ancien Testament, Ésaïe (Ésaïe 40:1-8) et Malachie (Malachie 3:1), comme l’indiquent Marc 1:1-5 et Matthieu 3:1-7. Lorsqu’on demanda à Jean pourquoi il baptisait, il répondit qu’il était lui-même celui dont parle le prophète dans Ésaïe 40:3 (cf. Jean 1:22-23). Dieu l’avait envoyé pour baptiser (Jean 1:33).

18. La Naissance de Jésus-Christ

À lire:Luc 1 et Luc 2

Les événements au temps de la naissance de Jésus-Christ nous sont rapportés deux fois:dans Matthieu 1 - Matthieu 2 et dans Luc 1 - Luc 2. Dans le récit de Luc, on voit que les événements eurent lieu pendant le règne de César Auguste (Luc 2:1-2), ce qui nous aide à déterminer la date historique. Il est généralement admis maintenant que Jésus naquit en l’an 4 av. J.-C. L’Évangile de Luc nous raconte aussi la naissance et le travail de Jean-Baptiste ainsi que de Jésus.

Pages

Subscribe to RSS - Explorons La Bible