Héraut 397

62e Année  No. 397  Janvier 2012

Janvier 2012
Fichier attachéTaille
PDF icon Janvier 2012.pdf988.71 Ko

14. Charis - La Grâce

Dans l’univers moral et intellectuel de la Bible, le mot « grâce » possède une place à part :or, c’est le mot-clef pour la compréhension de l’évangile, surtout tel qu’il a été formulé et prêché par l’apôtre Paul. La grâce est en effet le terme central dans ce groupe d’expressions qu’il utilise pour définir l’essentiel de son message, souvent opposé à l’idée d’une « justice » qu’on obtiendrait par les « œuvres de la loi » Ce contraste se voit clairement dans le verset suivant :« Je ne rejette pas la grâce de Dieu; car si la justice s’obtient par la loi, Christ est donc mort en vain » (Galates 2:20).

Qu’est-ce que c’est au juste, cette « grâce ? Les mots de base, en hébreu hen et en grec charis, » possèdent, comme la « grâce » dans le français contemporain, un sens multiple, mais l’idée essentielle est dans tous les deux cas ce qui suscite un sentiment de bien-être, donc ce qui nous fait plaisir, qui nous est agréable et qui nous fait regarder avec bienveillance celui ou celle qui le possède. C’est ainsi que ces deux mots peuvent se référer à la beauté, au charme ou à l’élégance, par exemple.

15. Le Royaume est divisé – Israël et Juda

à lire: 1 Rois 11 et 1 Rois 12

Salomon construit le temple à Jérusalem

Le roi David régna pendant 40 ans. Sa capitale était Jérusalem; mais le tabernacle était encore à Gabaon; et c’est là que les prêtres exerçaient leur fonction, offrant les sacrifices et menant Israël dans l’adoration de Dieu.

Comme on a vu dans la leçon précédente, David avait conçu le désire de construire une maison pour Dieu, pour qu’Il pût habiter au milieu d’Israël. Cependant, Dieu n’accéda pas à sa requête, lui disant que c’était Lui plutôt qui construirait une maison pour David (2 Samuel 7:11-16). Il promit de lui donner un fils qui régnerait finalement sur le trône de David pour toujours et qui construirait une maison pour l’adoration de Dieu dans le Royaume qu’il établirait. Cette prophétie a prédit l’œuvre future du Seigneur Jésus-Christ.

12. L’Onction de Jésus

« Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie, où était Lazare, qu’il avait ressuscité des morts. Là, on lui fit un souper; Marthe servait, et Lazare était un de ceux qui se trouvaient à table avec lui. Marie, ayant pris une livre d’un parfum de nard pur de grand prix, oignit les pieds de Jésus, et elle lui essuya les pieds avec ses cheveux; et la maison fut remplie de l’odeur du parfum. » (Jean 12:1-3)

Chacun des évangélistes nous rapporte l’onction de Jésus (voir Matthieu 26:6-13 ; Marc 14:1-9 ; Luc 7:36-50 et Jean 12:1-8). La table à la page 2  montre les ressemblances et les différences entre ces récits. Il en ressort clairement que le récit de Luc diffère des autres car il rapporte un événement qui a eu lieu à une époque antérieure, pendant le ministère de Jésus en Galilée, et dans un endroit différent, probablement à Nain. La maison était celle d’ « un des Pharisiens », nommé lui aussi Simon, comme le Pharisien de Marc 14, mais il n’était pas lépreux comme l’était celui-ci, ce qui aurait été impossible dans ces circonstances. Simon était l’un des noms les plus communs, donc il n’y a aucune raison de croire que ce soit la même personne.

Subscribe to RSS - Héraut 397