Héraut 400

62e Année  No. 400  Octobre 2012

Octobre 2012
Fichier attachéTaille
PDF icon Octobre 2012.pdf1.04 Mo

17. La gloire

Non pas à nous, Éternel, non pas à nous, Mais à ton nom donne gloire, A cause de ta bonté, à cause de ta fidélité! (Ps. 115:1)

Dans l’Ancien Testament le mot hébreu kabod (« gloire ») paraît environ 200 fois, tandis que le mot grec doxa avec le même sens est utilisé 167 fois dans le Nouveau Testament. Il s’agit donc d’un terme et d’une idée importants pour ceux qui désirent mieux comprendre la Bible.

Essayons donc de préciser le sens de ces deux mots. Kabod comporte l’idée de pesanteur :nous lisons qu’Absalom, fils de David, se rasait la tête chaque année « parce que sa chevelure lui pesait, - le poids des cheveux de sa tête était de deux cents sicles » (2 Samuel 14:26), et « peser », c’est en hébreu kabad, verbe lié a kabod. « Gloire » c’est comme un poids massif, que ce soit moral ou physique, qui s’impose par sa grandeur et son importance et qui réclame le respect, l’hommage, voire même l’adoration de ceux qui en sont témoins.

18. La Naissance de Jésus-Christ

À lire:Luc 1 et Luc 2

Les événements au temps de la naissance de Jésus-Christ nous sont rapportés deux fois:dans Matthieu 1 - Matthieu 2 et dans Luc 1 - Luc 2. Dans le récit de Luc, on voit que les événements eurent lieu pendant le règne de César Auguste (Luc 2:1-2), ce qui nous aide à déterminer la date historique. Il est généralement admis maintenant que Jésus naquit en l’an 4 av. J.-C. L’Évangile de Luc nous raconte aussi la naissance et le travail de Jean-Baptiste ainsi que de Jésus.

15. La Vie Éternelle

« Jésus répondit, Je vous le dis en vérité, il n’est personne qui, ayant quitté, à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle, sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou sa mère, ou son père, ou ses enfants, ou ses terres, ne reçoive au centuple, présentement dans ce siècle-ci, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants, et des terres, avec des persécutions, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle . » (Marc 10:29-30)

Les mots « siècle » et « éternelle » dans le passage ci-dessus correspondent respectivement au substantif grec aion et l’adjectif qui en dérive, aionios. Le substantif signifie dans son sens premier « âge » ou « ère », et l’adjectif « se rapportant, ou appartenant à l’âge ». L’ « âge » auquel ces mots se réfèrent peut être une ère passée, présente, ou future, selon le contexte. Dans sa première lettre aux Corinthiens Paul parle de la « sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles , avait prédestinée pour notre gloire » (1 Cor 2:7) ; dans Galates il nous dit que Jésus « s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais  » (Gal 1:4), et aux Éphésiens il explique que Dieu nous a ressuscités en Christ « afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ » (Eph 2:7). Quant à l’adjectif aionios, il est employé dans le Nouveau Testament presque toujours pour se référer à ce dernier aion, l’âge (ou « les âges ») à venir et se traduit en général par « éternel ». Lorsque ce mot aionios s’attache au substantif « vie », comme dans Marc 10:30, (« la vie éternelle »), il se réfère toujours à la forme de vie propre à l’âge à venir.

Subscribe to RSS - Héraut 400