Le Ministère de Jésus

2. Son heure est venue

Quand Jésus s’est fait baptiser, en 29 de notre ère, il a déclenché le compte à rebours qui le mènera à l’heure de sa mort, de sa résurrection et de sa glorification. Nous voilà maintenant au printemps 33, quelques semaines seulement après que le Sanhédrin (la cour suprême juive) a tenu conseil pour le tuer (Jean 11:47-53). Mis au courant peut-être par Nicodème, un membre du Sanhédrin qui lui veut du bien, Jésus a quitté Jérusalem. Les spéculations à propos de Jésus vont bon train. Quel est votre avis? s’intérroge-t-on. Qu’il ne viendra pas du tout à la fête? Les prêtres en chef et les pharisiens ajoutent à l’effervescence en ordonnant que quiconque voit Jésus les prévienne (Jean 11:47-57).

1. Son Heure n’était pas encore venue!

« Le fils de l’homme est venu, non pour être servi », a expliqué Jésus à ses apôtres, « mais pour servir et donner sa vie comme rançon de beaucoup » (Matthieu 20:28). Au gouverneur romain Ponce Pilate, il a dit : « Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité » (Jean 18:37). Jésus savait exactement pourquoi il allait mourir et quelle œuvre il devrait accomplir au préalable. Il savait aussi de combien de temps il disposait : pas plus de trois ans et demi. De fait, son ministère messianique a duré depuis son baptême jusqu’à sa mort sur le poteau de supplice, de 29 à 33 de notre ère, du début de la 70e semaine symbolique annoncée dans les Écritures jusqu’au milieu de cette même semaine (voir Daniel 9:24-27 ; Matthieu 3:16-17 ; Matthieu 20:17-19). Deux grands facteurs ont donc régi l’intégration des activités de Jésus : la raison de sa venu sur terre et un sens aigu du moment où il fallait faire les choses.

Subscribe to RSS - Le Ministère de Jésus